Schéma conceptuel

De Wiki @ Brest

Révision de 8 janvier 2013 à 13:49 par Fleon (discussion | contributions)

(diff) ← Version précédente | Voir la version courante (diff) | Version suivante → (diff)

Le travail autour de nos définitions vers un schéma conceptuel partagé



Bien :

contribution de F. Flipo

désigne ce qui est désirable (un état, un objet etc.), qui sont par conséquent les finalités ultimes de l’action humaine.

  • capacité de décider du bien – autorité (de la raison, de la religion, de la hiérarchie etc.)
  • pluralité et variabilité des conceptions du bien, dans le temps et dans l’espace
    • goût / préférences
    • opinion fondée
    • variabilité historique (mœurs) – ex condamnation du luxe, valorisation du travail
    • universaux (droits de l’homme)
  • légitimité à en décider – souveraineté
  • procédures permettant de contrôler l’autorité – régime politique : autocratie, technocratie, démocratie (représentative, participative etc.), marché etc.
  • représentation des intérêts de quasi-sujets :
    • handicapés, enfants, personnes grabataires
    • animaux
    • personnes non nées (générations à venir)
  • l’absence de régulation engendre :
    • de l’indifférence / ignorance (s’il n’y a aucune interdépendance entre les acteurs)
    • le « mal », s’il y a interdépendance, par exemple la dégradation du climat, la désinformation, le conflit

Bien commun :

contribution de F. Flipo

  • commun à qui ? définition de la communauté, du groupe, collectif etc.
  • qui établit les limites de la communauté ? quelles sont les règles d’entrée et de sortie ? migrants, exclusion, « free riding » / passager clandestin etc.
  • qui le produit ? comment ? (rôles, institutions, reconnaissance, rémunération, honneurs etc.)
  • hiérarchie et priorité entre la pluralité des identités et des « communs » (famille, Etat, nation, cosmopolitisme) - communautarisme, républicanisme

Bien public :

contribution de F. Flipo

  • sens économique :
    • bien non-rival (la consommation du bien par un individu n'empêche pas sa consommation par un autre) et non excluable (il est difficile / coûteux d’exclure une personne de la consommation de ce bien) tel qu’un phare – à la différence d’un « bien privé » (rival et excluable), un « bien de club » (non rival mais excluable – les membres du club en jouissent tous mais excluent les autres) et un « bien public impur » (rival mais non excluable – exemple une route encombrée)
  • produit par une institution « publique » c’est-à-dire :
    • de propriété publique (nationalisé, EPIC, EPA etc.) et donc doté d’une gouvernance appropriée (élus etc.)
    • contribuant au bien du public dans l’ensemble de ses intérêts – service public - (donc pas uniquement par le profit)
    • financée par des ressources tirées de contributions des citoyens (impôt, redevance)
  • qui relève du domaine « public » vs « privé » (publicité) :
    • Quelles sont les limites entre public et privé ? (« privacy ») Arendt

Biens informationnels :

contribution de F. Flipo

  • quelles sont les informations pertinentes ? (surcharge informationnelle etc.)

pour qui ?

  • qui les produit ? (division du travail, économie, légitimité, véracité etc.)
  • comment se situe le support numérique ? que change-t-il ?
  • le support numérique met-il vraiment à disposition « du plus grand nombre » ? Une publication en ligne est-elle suivie d’un effet sur les destinataires ? simplifie-t-elle l’accès à l’information ou au contraire la rend-t-elle plus opaque ?
  • accessibilité : terminaux, ergonomie (nb de « clics ») etc.
  • archivage / mémoire - oubli

Perception de l’information / esthétique :

contribution de F. Flipo

  • écrit / par la vue :
    • bibliothèques, encyclopédie
    • journalisme, courrier des lecteurs, fanzines
    • affiches
    • images animées (télévision, cinéma)
  • oral / par l’ouïe :
    • conversation directe
    • médiatisation : téléphone etc.
  • toucher :
    • peu de procédés à distance - télémédecine
  • odeur :
    • peu de procédés à distance
  • goût :
    • pas de procédés à distance

L’information est saisie par les 5 sens :

contribution de F. Flipo

  • consciemment ou non
    • précognition – « instinct », « réflexe », « reconnaissance des formes » etc.
  • avec de l’erreur
    • illusions (d’optique etc.)
    • tromperie
  • avec des divergences d’interprétation
    • herméneutique, sciences
    • démocratie, pluralisme, opinions
  • elle est construite et héritée
    • langage
    • cosmologie

Immatériel :

contribution de F. Flipo

  • effet de définition économique : la valeur ajoutée provient de la partie immatérielle mais la production, l’inscription, la diffusion etc. (autant de « coûts de production ») sont matériels
  • copiable facilement ? (répétable, duplicable etc.) pas si évident. L’infrastructure numérique n’est-elle « bon marché » que pour les classes moyennes ?

Pratiques « collaboratives » :

contribution de F. Flipo

  • qu’est-ce que ça désigne exactement ? Une collaboration n’est pas forcément au service du bien commun, ni du bien public. Elle peut être le fait de groupes dissidents ou particuliers qui au contraire soustraient des éléments au bien public ou au bien commun, détournent les institutions de leur fonction etc.
  • Ecueil : croire que la « collaboration » a commencé avec l’irruption des outils « collaboratifs ». Ce serait là un biais méthodologique important. Au contraire le but est de rechercher ce que ces outils changent (ou pas) sur la définition du « public ».